Publications

Please update your Flash Player to view content.

Newsletters

Identifiez - vous

Agenda

Novembre 2019
D L Ma Me J V S
27 28 29 30 31 1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30

Sélection vidéos

Sondage

S'occuper du patrimoine est un enjeu
 

Plan d'accès

Nos coordonnées : Pour arriver à l'INP, copier les informations suivantes dans les cases du formulaire et trouver l'adresse

04 place du château

Tunis

1008

Tunisie

Titres en bibliothèque

Search: 
Autors: 
Title: 
ISBN: 
Book ID: 
Description: 
Publisher: 
Category: 
PDF Imprimer Envoyer

Musée archéologique d'Utique

Fiche Musée

Nom du musée: Musée Archéologique d’Utique
Gouvernorat : Bizerte.
Adresse : Site de l’antique Utica, 7060 Utique, Bizerte.
SITUATION : A 33 km au nord de Tunis direction Bizerte par la route nationale GP8 que l’on quitte au village de Zhana pour la route menant à Utique El Jedida où après 2 km on atteint le musée puis le site archéologique d’Utique.

Horaire : - 16 septembre au 31 Mars de 8H30 à 17H30.
- 1er avril au 15 septembre de 8H à 19H.
- Jour de fermeture : le dimanche.

Collection : Céramique, terre cuite, stèles funéraires, sculptures, bijoux, os et ivoire, éléments d’architecture.

Historique du musée :

La création du musée archéologique d’Utique remonte au début du 20e siècle avec l’autorisation de l’administration tunisienne. Il s’agissait d’un petit espace muséographique juxtaposé au célèbre site antique d’Utique dont il devait préserver les objets retirés au fur et à mesure des fouilles. Nous n’avons pas la date précise de l’année de sa fondation, mais en 1924 L’ABBÉ MOULARD mentionne dans son article du Bulletin Archéologique du comité que le musée d’Utique a déjà été classé. En 1928, tous les objets du musée ont été transférés au Musée Alaoui l’actuel musée du Bardo. Puis à la suite des fouilles entreprises entre 1948 et 1951, surtout sous la conduite de Pierre Cintas, un petit antiquarium entouré d’un jardin lapidaire a été bâti sur le plateau. Cet antiquarium expose des objets recueillis à Utique, mais également d’autres objets provenant des fouilles de Lamta du Sahel Tunisien, ou du Tophet de Carthage. Pierre Cintas en a fait, en réalité, une exposition de ses propres fouilles. Dans les réserves, nous retrouvons, également, d’autres objets ne provenant pas d’Utique.

L’état du musée s’est dégradé vers la fin des années 80. Le bâtiment était devenu une menace aussi bien pour les visiteurs que pour les œuvres, sa destruction a été décidée. Une dépendance construite entre temps, a été réaménagée et transformée en musée avec une reprise totale du jardin lapidaire. Ce bâtiment fut ouvert officiellement en 1990.
En 2006, ce même bâtiment qui était divisé en deux espaces d’exposition pour les époques punique et romaine, a été transformé en un seul espace, une galerie externe a été construite pour abriter les éléments d’architectures et les sculptures et le jardin a été totalement réaménagé, après ces travaux le nouveau musée fut inauguré le 18 mai 2007.

Les fouilles :

Les explorations dans le site antique d’Utique avaient débuté à partir du 19ème siècle ; plusieurs noms y ont participé : A.Daux, le C.Borgia (en 1815) ; N.Davis(en 1856) ; B.Smith et I.d’Hérisson (en 1878 et 1880). Mais les fouilles étaient alors non structurées, leur but essentiel était de rechercher et vendre les objets à l’étranger. En effet, beaucoup d’œuvres archéologiques provenant du site d’Utique sont aujourd’hui exposées aux musées du Louvre, Leyde et du British Muséum.
Au 31 décembre 1891, parait au Journal Officiel le décret classant le site antique d’Utique comme Patrimoine Tunisien.
À la fin du 19e siècle d’autres fouilles ont été entreprises lors de l’aménagement du terrain par ses propriétaires MM .Chabannes_ La Palice, et c’est seulement au printemps de 1923 que les premières recherches méthodiques ont commencé par l’Abbé J.Moulard, Ensuite, en raison de l'importance du site, des fouilles entreprises par des archéologues vont se multiplier.

Historique d’Utique:

Utique était une ville littorale, plusieurs auteurs (Appien, César, Caton le jeune..) parlent de son port et de ses nombreux ancrages .Elle était au fond d’un golfe, à proximité de l’embouchure d’un détroit de la Medjerda ; au fil des siècles, le fleuve par ses alluvions a bouché le golfe d’Utique et a fait reculer la mer. Aujourd’hui, la mer est à 12 km de l’antique cité.
D’après les découvertes archéologiques le site a été occupé depuis l’âge préhistorique.
Vers la fin du deuxième millénaire avant notre ère, en 1101 av J. -C., près de 3 siècles avant Carthage, Tyr y a construit son premier comptoir commercial de la côte méditerranéenne occidentale (selon Pline l’ancien, Velleius Paterculus, le Pseudo-Aristote) .De là vient son nom Utique d’origine phénicienne dont on ignore la signification exacte « la Splendide » ou « la Station » ou bien encore « l’Ancienne »...
Au fil du temps, la cité a pu acquérir une certaine autonomie envers sa métropole se contentant de lui envoyer tous les ans l’impôt habituel.
En 814 av J.-C., les Uticéens reçurent fraternellement les phéniciens fondateurs de Carthage .Dans les premiers temps, Carthage et Utique sont des villes affranchies l’une de l’autre mais au 5ème siècle av J.-C., Utique se prescrit au pouvoir de Carthage tout en restant la plus importante cité phénicienne de Libye.
En 344 av J. -C. Utique apparaît dans le traité passé entre Rome et Carthage comme l’alliée de Rome.
En 331 av J. -C. à la suite de la prise de Tyr par Alexandre, de nombreux réfugiés Tyriens se sont installés à Utique ce qui a poussé l’extension de la ville vers le sud.
Au cours de la première guerre punique, Utique prit le parti de Carthage contre Rome, de même pendant la deuxième guerre punique (218-202 av J. -C.).
En 149 av J. -C., Utique rompt avec Carthage et décide de se mettre du côté de Rome. Elle servira comme base militaire à Rome, c’est de là que Scipion Emilien à la tête de ses troupes Romaines va attaquer Carthage et la détruire en 146 av J. -C.. Utique va être promue « cité libre» au prix de son compromis contre la cause punique. A partir de cette date, Utique va devenir la capitale de la nouvelle province romaine et le siège du gouvernement ; son territoire va s’agrandir vers le nord et le sud.
Dés 49, la ville et ses alentours se mêlent à la guerre civile entre Césariens et Pompéiens, en 47, les pompéiens, vaincus en Orient renforcent leurs positions en Afrique. Caton était au commandement de l’armée pompéienne à Utique. A deux reprises il sauva la plèbe d’Utique menacée : la première foi par Juba roi des Numides et allié de pompée et la deuxième fois par les cavaliers pompéiens. Caton a bien voulu continuer la guerre mais sentant la cause de Pompée perdue il se suicida, les Uticiens en signe de reconnaissance lui élevèrent un mausolée surmonté par sa statue. Jules César s'empara d'Utique.
En 36, Octave accorde à Utique le statut de Municipe ainsi que la citoyenneté romaine à tous ses habitants. Jusqu’à l’année 12 av J. -C . le proconsul résidait à Utique mais avec l'essor de Carthage, elle occupera le deuxième rang.
Sous le règne de l’empereur Hadrien, Utique obtient le statut de Colonie (Colonia Iulia Aelia Hadriana Augusta Utika). A partir de cette date, la ville connaîtra une période de paix, de progression économique et d’enrichissement qui arriva à son apogée à l’époque sévèrienne (193-211) ; elle recevra aussi le droit latin en même temps que Carthage et Leptis Magna.
Ses principales ressources étaient l’exploitation agricole de ses territoires étendus et le dynamisme de son port marchand qui participait , avec rigueur, au ravitaillement de Rome en blé africain.

Au 3ème siècle une période de troubles marque la ville avec le commencement de l’histoire du christianisme. En 256 le premier évêque uticien mentionné est Aurelius qui prit part au Concile de Carthage. A la suite nous retrouvons une liste d’évêques dont le dernier a exercé l'office c'est à dire, en 703 au temps des gouverneurs Omeyyades.
Au 5ème siècle, sous le gouvernement des Vandales, les terres à blé du territoire d’Utique continuent à être cultivées.
Des vestiges archéologiques témoignent de l’occupation du site au 6e siècle.
Le souvenir d’Utique reste éveillé jusqu’au 16e siècle, l’Espagnol Marmol Carvajaal identifie les ruines de la ville sans aucun soupçon de même elle sera mentionnée par d’autres voyageurs à des dates postérieures.
Utique a vécu près de 1700 ans pour décliner à la fin du 8ème siècle, toutefois son nom restera attaché à de grands noms dans l’histoire de Rome et de l’Afrique du nord.

Présentation du musée :

Le musée d’Utique est un petit musée de site réputé par sa collection archéologique distincte et rare.
En premier lieu, nous retrouvons le musée et à 700m le site antique. Le musée et le site s’unissent en quelque sorte pour redonner vie à Utique.
Le musée expose des œuvres qui proviennent du site antique d’Utique, elles sont toutes de l’époque antique : punique et romaine.

Le jardin archéologique :
Après la porte d’entrée principale du jardin ,on retrouve à droite les vestiges de petits bains d’époque romaine ; ensuite une mosaïque à thème marin, représentant le dieu Océan, couvre le sol d’un bassin moderne (provenance : la région du Kef).
Une grande allée au milieu du jardin mène aux galeries et à la salle d’exposition.
Les galeries :
Les objets exposés sont tous en calcaire, en grès ou en marbre, nous trouvons essentiellement des documents épigraphiques, des éléments d’architectures et des sculptures :

  • Autel consacré à Auguste (13 / 10 / 54 ap J. -C.)
  • Autel consacré à la déesse Cybèle (vers 238)
  • Une base de statue dédiée à Sulpicia Dymiana (vers 260-268 après J. -C.)
  • Une plaque honorifique dédiée à P. Sextilius ( 2ème siècle après J. -C.)
  • Une architrave portant une dédicace à l’empereur Claude divinisé
  • Des chapiteaux de l’époque romaine (du 1ème siècle av J. -C. au 2ème et 3ème siècles)
  • Statue d’Hercule en pierre.
  • Statue d’un personnage romain (3ème siècle ap J. -C.)
  • Meule en pierre volcanique (3ème-2ème siècles av J. -C.)
  • Partie supérieure d’un sarcophage (3ème siècle ap J. -C.)
  • Construction en pierre sous forme de bateau (2ème-3ème siècles av J. -C.)

A côté de ces objects nous trouvons une importante documentation constituée de textes, de cartes et de plan présentant le site et ses principaux monuments (l’historique et le plan de l’ancienne ville ; le plan de ses nécropoles) et les principales maisons fouillées (maison de la Cascade ; maison de la Chasse).

La grande salle d’exposition :

C’est une grande salle regroupant les documents archéologiques les plus remarquables découverts pour la plupart dans les nécropoles d’Utique. Une ambiance agréable règne dans la salle. Sculptures, mosaïques et objets divers nous emmènent dans une expédition dans un temps lointain. Aujourd’hui l’héritage de cette prestigieuse ville exposé au musée, dévoile avec fierté sa grande histoire. Utique la splendide est là !

L’itinéraire de la visite est facilité par la présence de textes introductifs permettant de saisir au mieux l’histoire d’Utique.

Mosaïques :
Mosaïque de la Chasse : Elle provient d’une maison de l’insula II, les scènes décoraient les portiques ouest et nord du péristyle. Cinq panneaux représentant :

  • Les oiseleurs – des restes d’une villa rustica – La chasse aux cerfs – Le départ pour la chasse – Le retour du dominus (le propriétaire) de la chasse.

Documents épigraphiques et funéraires :

  • Un autel à la déesse Cybèle (avec des images d’offrandes figurant sur ses faces latérales - 3ème siècle av J. -C.).
  • Une plaque honorifique dédiée à P.Sextilius (2ème siècle ap J. -C.).
  • Une frise avec une dédicace à l’empereur Claude divinisé, postérieure à 54 ap J. -C.).
  • Une stèle funéraire du soldat Julius Pollus (fin du 2ème siècle ap J. -C.).
  • Des stèles funéraires et coffrets à incinération, sur les stèles le défunt est représenté en prière (3ème - 2ème siècle av J. -C.).

Sculptures :
Utique a fourni plusieurs sculptures durant les fouilles effectuées sur son sol, beaucoup d’entre elles sont aujourd’hui conservées aux musées de Leyde, du Louvre et du Bardo. Toutefois de remarquables statues ornent son musée :

  • Sculpture en marbre qui décorait une fontaine représentant Ariane endormie.
  • Statue en marbre du dieu Esculape (2ème siècle ap J. -C.).
  • Statue en marbre d’enfant à tête rapportée (1ème – 2ème siècle ap J. -C.).
  • Statue en marbre de Satyre musicien (1ème – 2ème siècle ap J. -C.).

Amphores :
Trois amphores commerciales puniques présentées dans un ordre chronologique du 7ème siècle av J. -C. au 4ème siècle av J. -C..

Vitrines :
Dix vitrines étalent une collection riche et variée. Des œuvres exceptionnelles réparties selon des thématiques didactiques selon un ordre chronologique, l’itinéraire de la visite débute par la partie gauche de l’entrée. Nous retrouvons :

Mobiliers d’une tombe punique, Utique 1er quart du 4ème siècle av J. -C..

Fouille de P. Cintas en 1948 :
Tête de divinité ; des Oeochoés ; amphorette ; coupe ; osselet et éléments de collier.

Mobiliers d’une tombe punique (? 37), Utique dernier quart du 6e siècle av J. -C.

Fouille de P.Cintas en 1948 :
Statuettes ; des vases puniques et d’importation ; osselets.

Mobiliers d’une tombe punique (? 38) Utique fin du 6ème siècle av J. -C. :

Des objets attiques (amphore ; oenochoé ; gobelets) et un oenochoé punique.

Rapports commerciaux entre Utique, la Grèce et l’Italie (nécropoles d’Utique) :

Les objets exposés dans ce thème proviennent des échanges commerciaux entre Utique et les autres pays méditerranéens: la Grèce et l’Italie. Des œuvres en céramique relevant d’une période datant du 6ème siècle av J. -C. au 2ème siècle av J. -C., elles sont : corinthiennes, laconiennes, attiques et campaniens. Parmi ces objets nous distinguons un lécythe à « figures noires : Achille partant pour la guerre », une coupe attique à « figures noires : chars flanqués de panthères ».

Céramique punique (nécropoles d’Utique) :

Un ensemble de plusieurs genres de vases (oenochoé ; unguntarium, cruche, lecythe) , flacon à parfum ; une assiette . La date de leurs productions couvre une période qui va du 7ème siècle av J. -C. au 3ème siècle av J. -C..

Lampes en provenance du mobilier funéraire d’Utique :

Dans cette vitrine, une belle collection de lampes qui retrace l’évolution de la lampe depuis le 7e siècle av J. -C. au 1e siècle av J. -C. De la forme la plus ancienne, dont la forme est ouverte, c’est la lampe à sept becs, jusqu’aux lampes d’époque punique tardive dont les formes sont repliées. Nous remarquons aussi plusieurs autres formes, certaines ont été importées de Grèce.

Objets de parure des époques phénicienne et punique (nécropoles d’Utique) :

Parmi les mobiliers funéraires qui accompagnaient les morts dans leurs tombes, nous retrouvons les bijoux en différentes matières relevant d’un intervalle de temps allant du 7ème siècle av J. -C. au 3ème siècle av J. -C. Nous spécifions :

Une bague en or représentant le dieu Bâal-Hamon assis sur son trône.

Un scarabée en cornaline représentant Pégase.

Un scarabée en cristal de roche représentant un guerrier.

Des colliers composés de perles et des éléments prophylactiques.

Des amulettes ; boucles d’oreille ; anneau.

Objets à caractère funéraire (nécropoles puniques d’Utique) : des objets à caractère funéraire en diverses matières relevant d’un intervalle de temps allant du 6ème siècle av J. -C. au 3ème siècle av J. -C.

En terre cuite : masques ; une tête de Gorgone ; des fragments de statuettes (Bâal Hamon, campaniformes..) ; statuette de type chypriote ; moule représentant un cavalier accompagné d’un chien.

En bronze : deux hachettes- rasoirs, dont l’une est à décor ciselé représentant Hercule et le taureau Scylla ; des clochettes.

En marbre : cippe miniature.

Objets en matière organique (nécropoles puniques d’Utique) :

Des outils de différentes formes en os.

Des fragments d’œufs d’autruche sur lesquels sont peints des traits humains, une coutume funéraire punique (à partir du 5ème siècle av J. -C.).

Des objets en ivoire : un peigne ; une boîte à fard et des épingles.

Objets d’époque romaine :

Seize pièces couvrant une période qui s’étend de la première moitié du 1e siècle av J. -C. et 3ème siècle ap J. -C..

Des vases zoomorphes.

une statuette représentant la licorne chevauchée par un personnage et des figurines en terre cuite.

Tête de Silène en marbre jaune.

Des fioles à parfum, un gobelet et un bol en céramique fine.