Publications

Please update your Flash Player to view content.

Newsletters

Identifiez - vous

Sélection vidéos

Agenda

Avril 2017
D L Ma Me J V S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

Plan d'accès

Nos coordonnées : Pour arriver à l'INP, copier les informations suivantes dans les cases du formulaire et trouver l'adresse

04 place du château

Tunis

1008

Tunisie

Sondage

Le contenu du Portail est
 
PDF Imprimer Envoyer

Mémoire de la Tunisie à partir des tableaux de peinture

« de KHEÏREDDINE à BOURGUIBA »

du  24 avril 2013 au 18 Mai 2013  à l’Hôtel de Ville, Sfax.


L’institut national organise  une exposition, la première du genre qui soit consacrée aux œuvres picturales des XIXe et XXe siècles conservées au Musée de l’histoire moderne et contemporaine (le Bardo et Ksar Saïd). Ces tableaux, encore inédits, sont réalisées par les plus grands maîtres de la peinture européenne tels que Louis Simil de Nimes, Auguste Moynier, Alexandre de Belle… ainsi que par les premiers artistes tunisiens comme Ahmed osman, El hedi  khayyachi…
Cette exposition s’organise autour de deux themes :
Le premier est «biographique» ; puis qu‘il présente des portraits de Beys husseinites qui ont règne de 1837 (début du règne d’Ahmed Bey) jusqu’en 1957, fin de la monarchie avec le dernier Bey husseinite Lamine Bey. La présentation du portrait du ministre Kheïreddine Pacha constitue un hommage à ce personnage illustre et réformateur, qui a essayé de moderniser l’état et d’assurer la souveraineté nationale du pays au XIXe siècle. Le leader Habib Bourguiba, premier président de la république tunisienne, y trouve aussi une place avec deux tableaux.

Le second thème vise à montrer des œuvres artistiques glorifiant certains événements historiques marquants de la Tunisie : la toile qui représente Mohamed Sadiq Bey proclamant du constituant de 1861 première constitution dans le monde arabe, la scène de l’entrevue entre Mohamed Sadiq Bey et Napoléon III à Alger en 1860. Et celle du retour des troupes tunisiennes de la guerre de Crimée en 1856. Enfin, le chef-d’œuvre de Charles Van Maldeghem qui rappelle la scène d’audience accordée à Bruxelles par le roi des Belges Léopard  Ier en 1861, à certains ministres du bey, qui reflète a la fois l’importance des relations diplomatiques avec les pays de l’Europe et la place de la Tunisie dans la politique méditerranéenne.

 

Kheireddine pecha

Bourguiba