Publications

Please update your Flash Player to view content.

Newsletters

Identifiez - vous

Sélection vidéos

Agenda

Avril 2017
D L Ma Me J V S
26 27 28 29 30 31 1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 1 2 3 4 5 6

Plan d'accès

Nos coordonnées : Pour arriver à l'INP, copier les informations suivantes dans les cases du formulaire et trouver l'adresse

04 place du château

Tunis

1008

Tunisie

Sondage

Le contenu du Portail est
 
Imprimer Envoyer
Les projets de restauration et de mise en valeur des monuments historiques du Sud et du Sud-Est Tunisien 2009 - 2010

SFAX

Les objectifs :

-    Conserver et stabiliser les structures dégradées.
-    Prévenir une conservation préventive et proposer des mesures pour minimiser les effets de dégradation.
-    Mise en valeur par éventuelle  réaffectation.

I.Les remparts,  côté est : Monument classé le 13 Mars 1913 .

Les remparts de Sfax occupent  une place importante dans l’évolution historique de la ville. Ils furent édifiés à l’époque aghlabide,  sous le règne  d’Ibrahim Ahmed ibn al-Aghlab (242-249/856-864).

rempart sfax rempart sfax rempart sfax
Les Remparts

II.Le minaret de Sidi Ilyès : Monument classé le 13 Mars 1913

Ce minaret occupe une place importante dans l’histoire de l’art  de l’architecture de Sfax. En effet,  il inaugure un nouveau type de minaret  dans la ville. Il s’inspire du modèle hispano-maghrébin qui fut introduit à Tunis dès 683/1244 dans la mosquée  de la Kasbah. Il fut édifié à l’époque hafside et avant 1488,  sous l’ordre du gouverneur de la ville Abou Abdallah Mohammad.

 

minaret sidi ilyes

minaret sidi ilyes

minaret sidi ilyes

Minaret avant et en cours de restauration Minaret après restauration

III.Les citernes aghlabides :

Situées à 500m au nord de la médina, dans un nouveau centre urbain Sfax el Jadida, les citernes aghlabides furent restaurées à l’époque husseinite.
La forme  de cet ouvrage rappelle les exemples kairouanais et ceux de la steppe tunisienne.

citernes aghlabites

citernes aghlabites

citernes aghlabites

Les citernes Aghlabides (Sfax)

IV.La Zaouia de Sidi Abou al-Hasan al-Karray :

Se situe dans la partie occidentale de la Médina de Sfax, non loin du quartier de la grande mosquée et au nord de la rue qui porte son nom. Ce monument remonte  à la première moitié du XVIIème siècle  et fut édifié par l’un des grands personnages religieux de la ville de Sfax  sidi Abou al-Hassan al-Karray.

sidi abou alhsan

sidi abou alhsan

sidi abou elahsan

en cours de restauration façade extérieur façade intérieur

V. Le projet de conservation et de mise en valeur du mausolée de Sidi Finkhal

Le projet est entamé depuis octobre 2008.
Le mausolée se situe à la délégation de « Erramla » à l’ est de l’Ile de Kerkennah.
Le monument renferme 3 composantes : le mausolée de  Lalla Hlima, un jardin qui entoure le monument et des constructions tardives inachevées.

mausolé sidi finkhal

mausolé sidi finkhal

mausolé sidi finkhal

avant les travaux en cours des travaux après la restauration

GABES

Projet de réhabilitation et de restauration des anciens souks de Gabès : souk Jara et souk el Menzel.

le projet consiste au :

- Traitement du sol : pavage des ruelles en pierre de kadhel local.
- Traitement des façades : embellissement des façades, peinture …
- A l'éclairage : au niveau des ruelles par éclairage à console de type traditionnel. Au niveau des places par des lampadaires en grappe.

1- Souk  Jara

souk jara

souk jara

photo d'archive

Les interventions :
* Traitement du sol au niveau de la place du souk :Pavage en pierres de kadhel local en tenant compte du drainage des eaux pluviales
* Restauration des galeries autour de la place centrale du souk .
* restauration et traitement du sol (pavage en pierres locales) au niveau du sabat Ali bey .
* élimination des boutiques et des éléments en zinc ou autre qui ont défiguré les façades intérieures du souk.

2 – Souk el Menzel :

souk el Menzel

souk souk el manzel


photo archive

Les interventions au souk El Menzel :
* Traitement du sol au niveau de la place du souk : Pavage en pierre (travaux effectués sous le contrôle de la municipalité du Gabès).
* Restauration et traitement du sol (pavage en pierres locales) au niveau du sabat Ali bey (travaux effectués sous le contrôle de l’INP.

JERBA

A-    Restauration de la mosquée Aberran (Délégation de Jerba-Ajim)

Avant la restauration Après la restauration

mosquée abran

sidi abou alhsan

1. Restauration du minaret

sidi abou alhsan

mosquée aberan

2. Restauration des murs et de l’enduit de la salle de prière

mosquée aberan

mosquée aberan

3. Restauration des façades

B- Restauration de la mosquée Beni Daoud (Délégation Jerba-Houmt Souk): deuxième phase

Avant Après

mosquée sidi daoued

mosquée sidi daoued

Restauration de la façade de la salle de prière
Décapage et reprise de l’enduit extérieur

mosquée sidi daoued

mosquée sidi daoued

Restauration du portique

mosquée sidi daoued

mosquée sidi daoued

Nettoyage de l’espace intérieur de la salle de prière et déblaiement du remblai

C. Restauration du Fort Ghazi Mustapha :

Le Fort de Ghazi Mustapha, appelé aussi dans les sources médiévales «Borj el Kabir» a été construit dans le but de défendre le principal mouillage nord de Jerba.
Il s’agit d’un édifice quadrangulaire de 68m de long sur 53m de large entouré par une douve.
On accède à la cour intérieure (composée de divers bâtiments), par une entrée en chicane.
Les fouilles archéologiques de la fin des années 60 du XXè s. ont permis de mettre au jour un pan de mur antique et un puits romain.
Sur ces vestiges, l’amiral Roger Lauria ordonna la construction d’un château fortifié en 1284 qu’il dota de tours d’angle rondes et octogonales qui sera réaménagé en 1425 par le Sultan hafside Abus Faris Abdelaziz.
Après l’avoir affecté au casernement d’un détachement de janissaires, des travaux de restauration ont été effectués sous l’égide du gouverneur turc Ghazi Mustapha en 1567, documentés par une inscription aujourd’hui gardée dans les dépôts du musée du Bardo. Ces travaux ont fini d’ailleurs par donner au fort son aspect actuel. En plus de la construction de la mosquée, les Ottomans ont renforcé le monument en le dotant de contreforts à l’extérieur et en édifiant un saillant cylindrique sur la façade principale du Borj pour défendre la porte d’entrée.

mosquée ghazi mustapha

mosquée ghazi mustapha

mosquée ghazi mustapha

Restauration de la mosquée à l’intérieur du fort Ghazi Mustapha
Restauration et colmatage des brèches des murs de soutènement

D. Restauration de la mosquée de Sidi Ibrahim Jomni (Jerba)

Le monument de Sidi Ibrahim Jomni, situé au centre de Houmt Souk, est un complexe architectural composé d’une salle de prière, d’une cour intérieure dotée d’un cadran solaire et flanquée de galeries qui donnent accès à des chambres d’étudiants.
La salle de prière, de forme presque carrée, est constituée de quatre nefs et de cinq travées dont les arcs sont construits avec des pierres de taille.
L’angle nord est occupé, quant à lui, par un mausolée dédié à Sidi Ibrahim dont la salle carrée est surmentée d’une coupole hémisphérique faite de tubes en terre cuite.
A l’intérieur de cette salle, la zone de raccord permettant le passage du carré au cercle, s’effectue par quatre tropes d’angles en forme de coquille.
Une frise en stuc sculpté juste au dessus des chapiteaux qui supportent le dôme, embellit le monument avec des motifs géométriques et végétaux.
C’est l’une des rares mosquées qui furent édifiées sous l’égide du gouvernement centrale mouradite de Tunis, probablement à l’époque de Mourad III en 1701.
La construction de ce monument s’inscrit dans le cadre d’une stratégie qui visait à diffuser le rite malékite dans l’île, majoritairement ibadite.
Loin d’être un exemple d’une architecture vernaculaire, cette mosquée est plutôt le resultat d’une mixture entre un substrat local (indépendance de la salle de prière, arcs surbaissés) et un apport extérieur (cour fermée).
Les coursives qui entourent le patio intérieur ne sont pas sans rappeler un élément architectural caractéristique des foundouks (caravansérails) qui se sont développés d’ailleurs à Houmt Souk à la même époque.

1-    Décapage de l’enduit dégradé de la salle du marabout

mosquée sidi Ibrahim

mosquée sidi Ibrahim

2- Réfection de l’enduit

mosquée sidi Ibrahim

mosquée sidi Ibrahim

3- Restauration des voûtes

mosquée sidi Ibrahim

mosquée sidi Ibrahim

El Ksours et les villages de montagne de la région de Tataouine

La région de  Tataouine  se distingue par la présence  de nombreux Ksours. On compte plus de 168 Ksar et plusieurs villages de montagne : Chenini, Guermassa, Douiret, …  Ces édifices, marquant l’empreinte de l’homme dans le paysage, occupent des sites très diversifiés,  à partir des sommets du Jebel jusqu’à la plaine de la Jeffara.
Le projet de conservation et de mise en valeur, destiné à promouvoir le tourisme culturel,  compte dix Ksours : Ouled-Soltane, Beni Barka, Tounket, El-Ferch, Guermessa, Douiret, Tamellist, El-Zahra, Chénini,  El-Gaâ et trois villages  de montagne : Guermassa, Chénini et Douiret.
01/10/2010 : date de démarrage des travaux de restauration et de mise en valeur du ksar de beni barka.

Les villages montagnes

Douiret

Douiret

Douiret

Douiret

Douiret

Guermassa

avant

après

Description: DSCN0712

Description: DSC00989

Description: DSC01280

· Restauration de la façade de la salle de prière

· Décapage et reprise de l’enduit extérieur

Description: DSCN0703

Description: DSC01193

· Restauration du portique

Description: S6002129

Description: DSC01003

· Nettoyage de l’espace intérieur de la salle de prière et déblaiement du remblai

Mise à jour le Lundi, 03 Octobre 2011 11:28